Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 13:04

En ce moment, lorsque l’on regarde les « news » sur google en lien avec l’Iran, on est submergé d’article sur l’interdiction de la poupée « Barbie » dans le pays. Avec des articles caricaturaux intitulés « Les mollahs en guerre contre Barbie », « L’Iran chasse Barbie ». On comprend bien l’objectif : montrer que les iraniens sont des fanatiques, et qui plus est ridicules car ils s’attaquent à une vulgaire petite poupée. Les commentaires sous les articles du Figaro, de Libération sous du même acabit : tout le monde s’insurge, moque les iraniens,les traite de « barbares misogynes ».


 

 

 

Ces gens sont d’une ignorance crasse. L’Iran a au contraire une attitude des plus rationnelles, et d’une saine radicalité indispensable. Car il faut bien voir que « Barbie », c’est bien plus qu’une « poupée pour petites filles ». Au-delà du jouet, dont effectivement on se moque en réalité, c’est le symbole que véhicule cet objet qui est, à notre sens, à combattre de toute urgence.

 

Le jouet manifeste d’abord le dogme de la « libération des mœurs ». Les constructeurs de cet objet, loin de n’avoir eu en vue que le bonheur de nos petites gamines, avaient une idéologie bien rôdée. Ce sont des libertaires, des doctrinaires de la décadence. Pour eux, le monde se portera mieux lorsque tous les freins à la morale seront abattus. C’est bien pour cela qu’à travers l’objet, il s’agit d’inculquer aux enfants dès le plus jeune âge qu’il est classe, et « cool », d’être dénudée, matérialiste, et « libérée » : pour preuve la panoplie des Barbie et Ken avec leurs villas, leurs yacht, leurs « tenues » ridicules. Cette doctrine, qui a fait des ravages en Occident, on veut l’importer en Orient. Et cela passe par bien d’autres canaux que l’industrie du jouet : « Barbie », c’est l’une des branches de l’armada médiatique (MTV), cinématographique (Hollywood), musicale (les obscènes Lady Gaga, Britney et compagnie) au service de cette doctrine de dégénérescence des mœurs. Ajoutons à cela le fétichisme absurde lié à cet objet inutile, cette idolâtrie poussée par le marketing abrutissant de masse. De la même manière que l’Iran combat les infiltrations de l’industrie du cinéma, il se doit de lutter contre l’industrie du jouet US qui sert rigoureusement les mêmes intérêts, en tentant de bourrer le crâne des plus petits.

 

 

En outre, « Barbie » c’est aussi, et ceci est lié au point précédent, la promotion de l’Empire US, fait de marketing absurde au service du règne de l’argent. C’est aussi l’un des outils de la propagande pro-américaine : l’Etat de la « liberté », « the American way of life ». On en veut pour preuve la haine avec laquelle les médias ont traité cette information : « ça prouve que l’Iran est contre les valeurs de l’Occident ». S’il s’agissait seulement d’une hystérie débile des « mollahs », nul doute qu’on n’en parlerait pas autant. Il semble que l’Iran a, une fois de plus, visé très juste, et a décelé les ficelles de la manipulation Yankee.

 

Loin donc de témoigner d’une folie ou d’une absurdité, l’action iranienne est la plus conséquente, réfléchie. On répète que le problème n’est pas un « jouet » pour gamine, les iraniens se fichant pas mal de l’objet en lui-même. Mais les fanatiques et les manipulateurs qu’il y a derrière, et l’idéologie qu’elle sous-tend. Encore une fois, l’Iran nous prouve que sa stratégie est, dans une optique d’opposition à l’Empire capitaliste du dollar, plus que jamais efficiente.

Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 21:41

On fait beaucoup de bruit pour s'en prendre aux affreux islamistes qui bafouent le droit des femmes. Les raisons politiques (essentiellement de diabolisation) sont fort connues. Leur hypocrisie est béante lorsqu'on s'intéresse de près au sort des femmes dans le monde : les féministes institutionnels gardent le silence sur des faits d'une exceptionnelle gravité. Pourquoi ?

Affaire DSK ? Silence assourdissant de Fadela Amara et de Ni pute ni soumise, qui, si DSK avait été musulman, se seraient indignés et auraient lancé des pétitions dans le monde entier.

Récemment, la blogosphère bobo et les pseudo-féministe s'indignent publiquement (pour se donner une bonne image à moindre frais) au sujet des femmes qui se révoltent en Arabie Saoudite pour pouvoir conduire. Certes. Mais pourquoi ces gens n'ont absolument jamais relever, et encore moins indigner, de l'affaire de cet israélien condamné à 18 ans de prison en Russie pour organisation d'un trafic de femmes (esclavage sexuel) : http://aviseurinternational.wordpress.com/2011/05/03/russie-un-israelien-prend-18-ans-de-prison-pour-trafic-de-femmes-blanches/

Pourquoi ces personnages médiatiques n'ont jamais parlé du fait que des organismes et ONG internationales et même israéliennes ont pointé du doigts le fait qu'Israël est une plaque tournante dans les réseaux de trafic de femmes : http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/JI05Ak01.html

 

Voir ici une vidéo d'une militante israélienne qui s'insurge contre ça et l'impunité des trafiquants : http://www.youtube.com/watch?v=YoMp_jtT-ik

Pourquoi, en France même, personne n'a osé évoquer la pratique, dans certaines communautés loubavitch, d'obliger les femmes à se raser le crâne ? N'est ce pas là une humiliation ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Juda%C3%AFsme_orthodoxe

Nous ne sommes en réalité pas étonné de ce silence : l'on sait que le féminisme est instrumentalisé, en partie (car je précise qu'il y a des centaines de vrais féministes, des associations, qui agissent réellement sur le terrain pour aider les femmes battues, victimes de violences, de viols, d'égalité salariale, sans distinction d'origine ou de religion : elles sont vraiment sincères et oeuvrent pour une juste et noble cause, il faut les soutenir absolument) par des idéologues politiciens très proches des milieux sionistes et néoconservateurs : l'on sait par exemple que NPNS a été soutenu, de l'aveu même de Fadela Amara, par le CRIF : http://www.dailymotion.com/video/x9wraw_aveux-de-fadela-amara-le-crif-la-pa_news et que le cofondateur de cette association, Mohamed Abdi, fait partie d'un think tank pro-US et israélien dénommé Cercles de l'Oratoire http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_de_l%27Oratoire ; Fourest est aussi une proche amie de BHL, Badinter et Zelensky ça se passe de commentaire...

 

 

Bref on voit que le but est de se servir de faits divers pour arriver à des buts politiques... tout en occultant délibéremment d'autres exemples très graves d'atteinte aux droits des femmes, dès lors que le coupable n'est pas musulman.

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 16:42

 

Certains esprits lucides avaient déjà perçu il y a de cela quelques années que la laïcité était instrumentalisée pour combattre une partie de la population, en l'occurrence les musulmans vivant en France. La loi de 2005 portant interdiction du voile à l'école en était déjà une manifestation : car il faut sans cesse rappeler que le concept de laïcité, a toujours et depuis l'origine, consisté en une séparation de la religion et de l'Etat, et que l'une des conséquences, était l'interdiction pour les agents PUBLICS, en clair les fonctionnaires, de manifester une quelconque appartenance religieuse. Jamais, avant 2005, il ne s'est agit de restreindre les libertés des usagers des services public, notamment de se vêtir, et d'exprimer des convictions religieuses, sous réserve d'atteinte à l'ordre public.

 

La loi de 2005 fut à cet égard un tournant décisif. Non seulement parce que la loi s'en prenait directement à la liberté de conscience des usagers, élèves, auquel le principe de laïcité et de neutralité ne s'est jamais historiquement imposé ; mais aussi et surtout parce que c'est l'une des rares fois où l'Etat français a voté une loi d'exception en direction d'une minorité, en l'occurence religieuse.

 

Le verrou ayant sauté, nous assistons désormais à une déferlante hystérique sur les musulmans, systématiquement basée, ou plutôt dissimulée, derrière une conception de la laïcité qui n'a plus rien à voir avec celle de 1905. Il s'agit maintenant d'une laïcité de combat, visant seulement une partie minoritaire de la population, tendant à restreindre toujours plus sa très gênante "visibilité". La loi sur la burka récemment, destinée à l'interdire dans la rue, en est encore la manifestation : il n'y a ici plus rien à voir avec la laïcité, qui a toujours concerné les lieux public où s'exerce un service public. Un autre pas est donc franchi : nous seulement on s'en prend désormais aux usagers, initiative commencée par la loi de 2005 ; mais maintenant c'est même dans la rue ! Double dérive, toujours en guise d'exception afin de viser la minorité musulmane.

 

Il n'y a plus qu'un pas désormais pour interdire cette fois-ci... le voile classique dans la rue. Les bases de cette future interdiction sont d'ores et déjà là, puisqu'on a déjà brisé le verrou pour viser les usagers, et l'autre verrou pour appliquer ces interdictions dans la rue.Cela me rappelle d'ailleurs le bon vieux temps des colonies, époque à laquelle les colons organisaient des "cérémonies de dévoilement", où les soldats et les autorités, notamment en Algérie, prenait en otage des femmes voilées et leur imposait de retirer leur voile... en guise de mascarade de "libération de la femme", par ceux là mêmes qui occupaient leur pays et tuaient leurs maris et enfants... Farce tragique et bien immonde...

 

 

Cérémonie du dévoilement en Algérie, en 1958

 

 

Bientôt la barbe, la djellabas... et pourquoi pas les boubous africains, seront peut-être interdits ? Il y a quelques années de cela, ça pouvait sembler délirant... Mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit totalement farfelu de le penser, au vu des dernières lois votées. On trouvera alors de nouveaux prétextes : la barbe peut potentiellement cacher le visage (c'est ce qui avait été avancé pour la burka) d'où atteinte à l'ordre public ; la djellaba quant à elle serait une menace à l'ordre public puisqu'on pourrait y dissimuler une bombe par exemple ! Le pire est que ce type d'argumentation est bien plausible, car c'est dans la même veine que ceux avancés pour les autres lois effectivement en vigueur !

 

Car les derniers épisodes en date, de cette furia anti-Islam, viennent réactiver toute cette hystérie. D'abord, des filles musulmanes menacées d'être expulsées du lycée Auguste Blanqui, à Saint-Ouen dans le 93, parce qu'elles portent de... longues robes noires ! Cette pudeur est vécue, par les dirigeants de l'établissement, comme un "signe ostentatoire" d'appartenance religieuse ! Oui vous avez bien entendu : être pudique, c'est être potentiellement intégriste ! On voit bien que là, la question même de la religion dans l'espace publique est hors sujet. Cela cache en réalité aussi une abjecte xénophobie : en effet, dans cet établissement, personne n'a fait la moindre remarque aux filles non arabes, et non musulmanes, qui pourtant portent de longues robes, par pudeur personnelle (oui il y en a de nombreuses, même dans cet établissement !). Quel va alors être le critère : une fille arabe, non croyante ni pratiquante, qui pourtant est pudique sera interdite de porter un tel vêtement... parce qu'elle est arabe, donc sûrement musulmane, et donc qu'elle le fait potentiellement par "intégrisme religieux" ? Une fille qui s'appelle Béatrice, pudique, portant une longue jupe, quant à elle sera laissée tranquille, puisqu'elle dira : "mais vous voyez je ne suis pas musulmane je mange du porc"...

 

 

 

Claude Guéant, à droite, en compagnie de Rachida Dati... celle-ci, prototype de la "beurette" émancipée telle que la rêvent l'oligarchie au pouvoir, prise en sandwich entre l'apôtre de la croisade libyenne et Hortefeux, celui qui s'est illustré par des propos anti-arabes. C'est le genre d'arabes que ces types aiment...

 

 

On atteint là le summum de l'absurdité. Et puis, l'intégrisme de la mini-jupe, on en fait quoi ? N'est-ce pas une forme de fanatisme que de croire dans les bienfaits de la "nudité" et de la "vulgarité"  et de vouloir l'imposer à tout le monde ? Pour ne rien arranger, nous avons Claude Guéant, ministre de l'intérieur français (vous savez celui qui se réjouit de la croisade menée par Sarkozy en Libye) qui affirme explicitement qu'il faudrait interdire les "signes religieux" (en clair musulmans, ne nous leurrons pas) aux usagers ! Le verrou a bel et bien définitivement sauté. Un véritable statut juridique du "musulman" est en train de se mettre en place, à base de lois d'exception qui s'accumulent. Et pendant ce temps, le CFCM, créé par Sarkozy, pleurniche au sujet du débat initié par Copé sur l'Islam, et passe, volontairement, à côté des vrais sujets... Volontairement car il en est probablement le complice, au moins silencieux...

 

 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 16:37

 

 

Les liens entre Ni putes ni soumises et la franc-maçonnerie ont déjà été mis en évidence. Encore une preuve de ce qui se trame derrière l'avènement de cette association fantôche. Fadela Amara avait déjà avoué que le Crif a aidé à sa création, et les franc-maçons ont aussi été les premiers parrains de ce groupuscule destiné à une seule chose : démoniser les musulmans et l'Islam et le pervertir de l'intérieur. NPNS est en effet une énorme machine de subversion, promue d'un côté par des pro-israéliens notoires (Bernard Henri Lévy, Badinter, Marek Halter en sont parrains, et le compagnon de Fadela, créateur de l'association, est membre du Cercle de l'Oratoire, un think tank néoconservateur créé par l'ultra-sioniste Taubmann : http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-les-dessous-obscures-du-succes-de-fadela-amara-et-de-ni-putes-ni-soumises-58454773.html) et de l'autre, des francs-maçons, les deux ayant intérêt, d'une manière ou d'une autre, de taper sur l'Islam authentique, on en a la preuve ici, et d'ailleurs le Grand Orient est un parrain officiel de NPNS.

 

Je sais que c'est insupportable d'entendre Habchi, mais on voit là toute la nullité de son discours. Du blabla droit de l'hommiste totalement abstrait, une succession de poncifs et de préjugés maintes fois rabachés, de la pleurnicherie bien hypocrite (on avait vu Habchi insulter des femmes voilées, très fort pour une sois disante "féministe"). Cette instrumentalisation de la cause des femmes pour des buts abjects est, en soi, une insulte à la femme.

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 17:00

Fadela Amara fait la quasi unanimité dans les médias, et parmi la classe politique française, à gauche comme à droite, nombreux sont ceux qui l’on encensé, et qui continuent à en dire le plus grand bien. Alors je vais tenter de faire preuve d’audace, et aller à rebrousse poil de toute cette guimauverie unanime.

 

Diplômée d’un CAP de comptabilité, ce personnage fait irruption sur la scène médiatique et politique en 2003 avec grand fracas, en fondant l’association féministe « Ni putes ni soumises » (NPNS), en partenariat avec Julien Dray du parti socialiste et de Mohammed Abdi. Objectifs allégués : dénoncer et lutter contre le machisme des arabo-musulmans de banlieue (et par extension au niveau international), le patriarcat hérité du « bled », la situation des femmes de banlieue brimées par les barbares des cités, « l’islamisme », « l’intégrisme ». Résultat : engouement unanime de tout le système politique et médiatique, subventions, unes de journaux. Le succès est foudroyant. L’UMPS à l’unisson déclare la soutenir, tout le monde veut sa photo avec la nouvelle passionaria.

 

Cependant, peu de personnes se sont penchées sur les réelles motivations de cette association, sur les véritables causes de ce succès, sur cette médiatisation massive, alors qu’il existe de nombreuses associations féministes, qui celles-là ne se bornent pas à dénoncer le machisme au sein d’une communauté, et qui, justement pour cela, n’ont pas tant de place dans le cœur de nos chers journalistes et politiques. Dès le départ, cette racialisation et cette ethnicisation de la lutte féministe était suspecte.

 

Lorsque l’on se penche un peu sur la question nous apprenons déjà que le cofondateur et ancien secrétaire général de l’association NPNS, Mohammed Abdi, fait partie d’un think-tank (cercle de réflexion et de lobbying) néoconservateur français et pro-israélien, Le Cercle de l’Oratoire, fondé par Michel et Florence Taubmann, dans lequel on retrouve, pêle-mêle, Pierre-André Taguieff, André Gluksmann, Romain Goupil, Pascal Bruckner, Bruno Tertrais notamment ( Jean Birnbaum, « « Le Meilleur des mondes », une voix pour l’Amérique », Le Monde, 24 mars 2006). Ce groupe et ses membres ont milité activement, on s’en souvient pour les avoir vu souvent dans nos médias, pour la guerre en Irak -http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/070508/soutien-de-bush-et-de-la-guerre-en-irak-la-revue-le-meilleur-des-mondes. Par ailleurs, Mohammed Abdi est membre du comité éditorial de la revue atlantiste et néoconservatrice Le meilleur des mondes, édité par ce cercle de réflexion (http://www.marianne2.fr/Mohammed-Abdi,-l-ombre-de-Fadela-Amara_a169956.html. Voir aussi le site officiel de la revue : http://www.lemeilleurdesmondes.org/qui.htm ).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce personnage à des liens plutôt ténus avec les apôtres du choc des civilisations… Est-ce si étrange que cela donc de le voir fonder une association qui se donne pour objectif de diaboliser l’Islam et les musulmans en faisant une fixette obsessionnelle sur le machisme « barbare » et « intégriste » de cette communauté ? Pour finir ce rapide portrait, notons que cet homme, qui donne des leçons de morale et se pose en apôtre de l’Axe du Bien, a été condamné pour escroquerie à la formation professionnelle en 2006 à 18 mois de prison avec sursis (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-conseiller-d-amara-condamne-pour-escroquerie_467912.html). Pas terrible hein ?… Actuellement, il est conseiller de Fadela Amara au sein de son ministère.

 

 

 

article_kouchner.jpg

 

 

Poursuivons donc. Dès les débuts de l’association, Nicolas Sarkozy prend contact avec Fadela Amara et déclare la trouver très courageuse. Sarko l’américain et le pro-Bush gardera ce lien et la nommera, comme nous le savons, ministre en 2007, en guise de récompense pour son travail utile à son courant de pensée. Comme nous le savons aussi, Fadela Amara n’hésitera pas à trahir son ancien parti, le PS, pour aller à la gamelle et satisfaire ses ambitions. Curieusement, on ne lui en tiendra pas réellement rigueur.

 

En 2009, en plein massacres de Gaza, pendant que des enfants sont phosphorisés, brûlés vifs, des familles décimées par l’armée israélienne, elle participe au dîner du Crif (http://www.purepeople.com/article/diner-du-crif-politiques-et-people-reunis-contre-l-antisemitisme_a26207/1 ) lors duquel le président Prasquier, devant un parterre d’invités prestigieux dont le premier ministre François Fillon, glorifiera Tsahal et justifiera cette offensive. Fadela ne broncha pas, et refusera de condamner les crimes commis. Pire, elle se livrera à un aveu assez intéressant et qui en dit long sur l’origine de son mouvement. Interviewée par une journaliste de la chaîne public sénat, elle reconnaîtra que les gens liés au Crif l’ont énormément aidé à l’origine de la création de son association (http://www.dailymotion.com/video/x9wraw_aveux-de-fadela-amara-le-crif-la-pa_news). Elle avait déjà déclaré au journal israélien Haaretz en 2008 qu’elle admirait Israël et qu’elle s’y sentait très bien ( http://www.haaretz.com/misc/article-print-page/the-secret-of-the-israeli-mosaic-1.243602?trailingPath=2.169%2C2.225%2C2.227%2C) ignorant manifestement le sort réservé par cet Etat « si merveilleux » au peuple palestinien. Je passe aussi sur l’introduction, par Fadela Amara, de l’expression « fascisme vert » ( http://www.leparisien.fr/politique/non-aux-soldates-du-fascisme-vert-21-09-2003-2004405541.php ), qui a été pour la première prononcée par George W. Bush. Sa rhétorique ressemble étrangement d’ailleurs à celle des néoconservateurs, qui exploitent tous les filons pour inciter à la haine religieuse, et notamment donc, le féminisme à obsession ethnico-religieuse. L’on sait qu’aux Etats-Unis, les néoconservateurs ont utilisé, entre autres, cette voie, pour justifier cette offensive contre le monde islamique. Citons par exemple Nonie Darwish ou Wafa Sultan – cette dernière est une psychiatre américaine d’origine syrienne qui s’est illustrée par des diatribes violentes anti-musulmanes, dans lesquelles elle appelle à un écrasement du monde musulman : http://www.youtube.com/watch?v=Upa6gulotMM. Sultan parle bien d’Islam et de musulmans, et jamais d’islamisme ou d’intégrisme d’ailleurs -. Ces deux femmes (Darwish et Sultan) ont été mises en avant par les cercles néoconservateurs aux Etats-Unis, et elles ont fait un énorme travail de promotion de la guerre des civilisations outre-atlantique.

 

Tous ces éléments nous donnent la conviction que son ascension médiatique, sa promotion soudaine et la mise en avant de NPNS ne sont en rien dues au hasard. Et qu’elle l’a bien compris, et donc en rajoute dans la surenchère sans cesse. Ses propos inacceptables sur Diam’s récemment proférés, son soutien à une interdiction totale du niqab, contre l’avis même du Conseil d’Etat le prouvent encore une fois. Une idiote utile au service d’une idéologie de haine ? Une manipulatrice ? Les deux ? A vous de juger.

Repost 0
Published by resistancemusulmane.over-blog.com - dans instrumentalisation de la cause des femmes
commenter cet article

Présentation

  • : Islam - Point de vue d'un musulman face à l'occidentalo-sionisme
  • Islam - Point de vue d'un musulman face à l'occidentalo-sionisme
  • : Ce blog évoquera les questions liées à la propagande anti-musulmane qui a cours en Occident, mes avis sur l'actualités, décryptages, informations...
  • Contact