Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 19:27

Près de 700 morts à Gaza, 90 % de civils. Le Hamas a quant à lui abattu 50 israélien, à 95 % des militaires.

Pas besoin de faire de longs discours. Les terroristes dans cette histoire, ce sont les barbares juifs. Le terrorisme, c'est la politique systématique consistant à semer la terreur chez les civils palestiniens.

En réalité, il faut faire un petit rappel historique pour comprendre la situation. Il ne faut jamais oublié que l'entité sioniste a été créée à partir de groupements terroristes juifs, qui se sont constituées chez les envahisseurs juifs venus d'Europe de l'Est. La Haganah, l'Irgoun, le Léhi. Dès sa naissance, l'état juif s'est signalé comme étant profondément malfaisant et véritablement, au sens étymologique du terme, terroriste : massacres de villageois palestiniens, destruction de village, bombes dans des marchés.

Aujourd'hui, Israel, en tant que continuateur de ce terrorisme, continue à appliquer cette politique criminelle qui, sois dit en passant, est validés par tout le rabbinat d'Israel qui, appliquant le Talmud à la lettre, estime que les palestiniens, en tant que goyms, sont des animaux.

Donc appelons un chat un chat. La totalité des soldats d'israel sont des terroristes. les chefs d'israel sont tous des terroristes, qu'ils aient commencé à sévir avant ou après la création illégitime de cet état sanguinaire. Ne parlons donc plus de tsahal, d'armée, d'état, ni même de "terrorisme d'Etat"... Israel est juste une énorme faction terroriste. Elle doit être combattue comme telle. Les Palestiniens et les musulmans vaincront, tôt ou tard, ce terrorisme.

Repost 0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 02:56

 

 

Petite séquence intéressante, et qui nous permet de comprendre la dérive islamophobe et pro-sioniste du FN. Le compagnon de Marine Le Pen, le juif ultra-sioniste Louis Alliot, a infiltré, avec le consentement de la présidente du parti, plusieurs francs-maçons. On sait que la franc-maçonnerie est la fondatrice de la religion laïcarde, et qu'elle est en lien très fort avec le judéo-talmudisme.

Repost 0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 14:10

On ne connait pas tout de l'acte terroriste de Breivik en Norvège. Néanmoins, on connait désormais son idéologie et sa motivation. Il est désormais clair qu'il s'agissait d'un ultra-islamophobe, fanatiquement pro-israélien : l'extrême droite shabbat goy. Le terroriste s'abreuvait tous les jours aux sites islamophobes du juif Spencer et de la juive Geller ; il était un farouche adepte de la thèse développée par la judéo-sioniste Bat Yeor, consistant à dire que l'Europe est "soumise" aux Arabes et qu'il faut parler désormais d'Eurabia. Bref, une idéologie purement néoconservatrice, dont l'une des stars est Geert Wilders au Pays Bas (Geert est un allié d'Israël et un farouche partisan du sionisme :http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-geert-wilders-l-islamophobe-hollandais-au-service-d-israel-du-judaisme-integriste-et-du-sionisme-58635861.html) , ou les types de l'English defense league (qui fricote avec le rabbin Nachum Shifren), imputant aux musulmans tous les malheurs du monde, et prônant une alliance-soumission des européens ou du monde "chrétien" à l'alliance judéo-atlantiste, pour la gloire d'Israël.

 

Le livre de l'extrêmiste juive Bat Yeor ne manque pas de piquant. Réalisant une inversion accusatoire comme on en a rarement vu, elle dit que l'Europe est soumise à un "lobby musulman" qui contrôle tout dans l'ombre et tire les ficelles. C'est ce qu'on disait jadis sur les juifs. Et puis, il suffit de voire l'influence du groupe Europe-Israël à l'assemblée européenne et le nombre de députés ou dirigeants juifs extrêmistes en Europe pour rire à plein poumon. Toutefois, son livre a eu un grand succès chez les fanatiques anti-musulmans.

 

 

Le rabbin Nachum Shifren, avec sa grande barbe, est l'un des soutiens les plus puissants à l'organisation extrêmiste  anti-musulmane English defense League. Son rôle : diffuser l'idéologie du choc des civilisations et le néoconservatisme.

 

 

Spencer avec sa barbe et sa tête de pervers, et Geller avec sa face d'hystérique nymphomane : un couple juif infernal. Ils sont les auteurs de plusieurs sites violemment anti-musulmans. Breivik, le terroriste d'Oslo, était un adepte revendiqué de leur idéologie. Dans son mémoire de 1500 pages, ils fait référence une bonne dizaine de fois aux sites de ces sinistres individus et les loue sans cesse.  http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2011/07/25/le-cout-de-la-rhetorique-anti-islam/

 

 

Nombreux sont ceux en France qui baignent dans cette idéologie. Certes, ils n'ont rien à voir avec l'acte terroriste. Mais il faut bien relever les similitudes des idéologies. Ce n'est pas de l'amalgame. Mais juste de la comparaison. J'ai lu et visionné la vidéo du terroriste norvégien. Et rien, dedans, absolument rien, n'est en contradiction avec ce que l'on peut lire sur des sites comme Riposte laïque des ultra-laïcards Tasin et Cassen (http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-christine-tasin-agent-d-influence-d-israel-et-du-sionisme-international-58455217.html), bivouac, Enquête et Débat du judéo-atlantiste Jean Robin (http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-enquete-et-debat-exemple-pratique-de-l-entrisme-judeo-sioniste-sur-le-net-jean-robin-un-agitateur-pro-israelien-et-anti-islam-71561247.html, fdesouche, et tous ceux qui tournent autour, bien au contraire. Or, on les voit désormais s'étonner de l'amalgame qui pourrait être fait entre leur doctrine et le terroriste. Cocasse. Pourtant, ce sont les premiers à dire que tout acte terroriste d'un "islamiste" (sic) représente forcément tout l'Islam, et que tout musulman est indirectement responsable de cela. Or, maintenant qu'un type de leur mouvance commet un tel acte, ils crient à l'amalgame.

 

 

Jean Robin attise les braises au sein d'un Eglise intégriste.

 

Ce qui est drôle par ailleurs, c'est qu'ils ressortent les théories du complot. Certains allant même jusqu'à dire qu'il s'était converti à l'Islam. Mais ils se gardent bien de révéler que la Norvège était un pays antisioniste, allant même jusqu'à boycotter Israël et à soutenir la demande de reconnaissance de l'Etat palestinien à l'ONU, ce qui a suscité la colère des réseaux sionistes à travers le monde. Il faut aussi noter que les jeunes assassinés en Norvège fesaient partie du parti travailliste, et qu'ils avaient manifesté contre Israël. Breivik, qui soutien bec et ongle Israël, trouvait cela, il l'a écrit, insupportable. C'est un élément que peu ont relevé : sa haine était dirigée contre les musulmans et aussi plus largement contre tous les antisionistes.

 

Daniel Pipes, juif extrêmiste américain, est l'un des plus grand maître à penser de l'idéologie du choc des civilisations :  http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-daniel-pipes-le-neoconservateur-pape-des-apotres-du-choc-des-civilisations-pour-la-gloire-d-israel-60362650.html Breivik s'en est aussi inspiré.

 

 

On le voit, ces hystériques sont très gênés. Ils cherchent des excuses ou du moins des explications, bien pitoyables, de cet acte. "C'est un désaxé" a-t-on lu. Risible. Non pas que leur idéologie ne mène pas, déjà, à des massacres bien avant cet attentat : il suffit pour s'en convaincre de voir les guerre de l'axe judéo-atlantiste néocon et les crimes colossaux déjà commis (et que soutiennent généralement les tenants de cette doctrine). Mais le terrorisme sur le sol européen n'aura à n'en pas douter un impact sur les esprits et la vérité de leur doctrine est en train d'éclater. Je répète qu'ils ne sont nullement responsable de cet acte. Mais il faut désormais bien comprendre vers quoi peut mener, à l'extrême, certaines doctrines fanatiques.

Repost 0
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 15:22

 

Marine Le Pen du front national s'est récemment beaucoup rapprochée des milieux sionistes, pour créer en réalité une sorte d'alliance nationale contre les musulmans. Cela a certes en partie fonctionné, puisque les milieux radicaux sionistes sont les plus grands semeurs d'islamophobie dans ce pays. Mais Marine Le Pen a oublié une chose très importante : les sionistes ne connaissent pas le concept d'allié. Un allié, c'est quelqu'un qui travaille, à la même hauteur et considération, à un même but. Le sionisme lui, n'utilise que des larbins, des mercenaires ou des supplétifs : il faut se mettre au service du sionisme, exclusivement et impérativement, sinon, vous serez traité d'antisémite, même si vous épargnez au maximum le terrorisme israélien, la mafia sioniste et le lobbyisme.

 

http://www.islamenfrance.fr/wp-content/uploads/2010/09/marine-le-pen-et-son-alliance-avec-le-sionisme-israel-250x150.jpg

 

On le voit avec les USA : ce pays est un larbin d'Israël, et pas un "allié" .La preuve, est que si l'allié américain tente, parfois, de critiquer (très rarement) une position israélienne, les fous furieux de l'AIPAC, de l'AJC et autres lobbyistes, hurlent à l'antisémitisme. Pourtant les USA sont corps et âme au service d'Israël. D'autres exemples peuvent être tirés de l'article dont je parle sur le site JSS : Nicolas Sarkozy, le PS (qui collabore avec le CRIF), les Verts, bref la plupart des policitiens français sont traités d'antisémites, alors qu'ils ont maintes fois fais des courbettes au lobby qui n'existe pas et sont d'une complaisance outrancière devant les crimes de sionisme. Mais non, ça ne suffit pas : ils doivent, 24h sur 24, dire qu'ils aiment Israël, Finkielkraut, Liebermann. Ne pas passer un jour sans penser au pauvre Gilad Shalit. Ne JAMAIS dire, ne serait ce que des bouts des lèvres, qu'Israël a "un peu" tord. Et surtout, surtout, ne JAMAIS oser sous-entendre, ne serait-ce qu'une minute, que les palestiniens sont des êtres humains à part entière. JAMAIS ! Sinon, vous êtes un apprenti nazi !

 

Marine Le Pen croyait qu'elle aurait pu, sur une base égalitaire, pactiser avec Sion. Et le site JSS se charge de dire ce qu'il en est : Marine Le Pen ne saurait être une collaboratrice de Sion, une alliée. Mais elle doit se larbiniser totalement. Ainsi dans cet article, on la traîne dans la boue alors qu'elle a accomplit déjà pas mal de courbettes. C'est insuffisant : elle sera considérée comme antisémite, tant qu'elle n'aura pas renié son père, et tant qu'elle ne dira pas explicitement qu'elle aime, adore l'entité sioniste (ce qu'elle n'a pas encore totalement fait, mais ça ne saurait tarder).

 

Voilà le sort de ceux qui se veulent amis du sionisme international : pas le droit à discussion, pas d'alliance sur base égalitaire, pas de débats, pas de conciliation des intérêts communs. C'est tout pour Israël, rien qu'Israël, sinon RIEN, persécutions et insultes. Marine est en train de le comprendre, et il est évident qu'elle a décidé de s'y conformer. La seule chose qui la freine quelque peu, c'est les anciens du FN. Mais le ménage sera bientôt fait.

Repost 0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 23:04

 

Marine Lepen a encore tenus des propos insultants et outranciers contre les musulmans. Bon à vrai dire, cela ne nous étonne pas. Elle est en campagne, et elle sait que taper sur l'Islam, véritable punching ball de la République, c'est le jackpot électoral. Mais de là à dire des choses absurdes.

 

http://www.mediapart.fr/files/u74829/marine-le-pen-300x290.jpg

 

Alors tout d'abord, il faut replacer cette phrase dans le contexte politique de recentrage du FN. Souhaitant se dédiaboliser, Marine a compris qu'elle pourrait réintégrer la respectabilité en rompant avec certains vieux thèmes du FN : anti-judaïsme, antisionisme, anti-féminisme, homophobie. C'est exactement ce qu'elle a fait, en récusant tout propos contraire à cette nouvelle ligne. Elle a d'ailleurs fait partie du groupe d'amitié Europe-Israël au parlement européen, a intégrer dans son équipe des sionistes revendiqués ainsi qu'une militante lesbienne, Myrtille.

 

L'autre volet de la respectabilité, c'est de faire dans la surenchère anti-Islam. Car nous surfons sur une vague néoconservatrice dans ce pays, et les journalistes, très souvent pro-israéliens, aiment à désigner l'Islam comme bouc émissaire quotidien. Marine l'a compris, et a décidé de s'y engoufrer.

 

Ce qui l'a mené à dire cette idiotie... Mais contre quoi s'insurge-t-elle ? Le fait que quelques dizaines de croyants "occupent" une petite rue de Paris pour prier, avec des croyants en brassard qui filtre le lieu pour ceux qui viennent prier ? Une hordes de SS sans scrupules qui sèment la terreur dans nos rues... Ca fait peurrr !!

 

Je peux comprendre que cela agace les gens, mais de là à parler de nazisme et d'Occupation honnêtement. Et puis aux dernières nouvelles, le président n'est pas musulman, aucun député n'est musulman, aucun préfet, aucun PDG, très peu de journalistes, aucun président de région ou de sénateur... Bref, les musulmans sont très loin d'avoir un quelconque pouvoir d'occupation. C'est d'ailleurs pour cette raison que cette communauté est la plus vilipendée et attaquée, car sans pouvoir, et Marine hurle avec les loups, mais quelle lâcheté.

 

Que dire aussi de la gay pride, qui consiste à bloquer des dizaines de rue, avec des slogans hurlés dans des haut parleurs et vantant la débauche et l'homosexualité ? Que dire encore de l'existence en France de milices ouvertement communautaires et extrêmistes, la LDJ et le Bétar, qui s'entraînent dans les locaux de la police nationale ?

 

Sur ces sujets là, curieusement, Marine se tait. A-t-elle peur du CRIF ? D'Act Up ? Probablement. S'attaquer aux musulmans, c'est tellement facile après tout, on aurait tord de s'en priver. On gagne des voix, on intègre le système : il y a vraiment tout à gagner. Et quoi à perdre finalement ? ... Peut-être sa dignité et sa cohérence.

Repost 0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 22:06

 

 

 

L'EDL est un groupuscule raciste anglais, dirigé par des judéo-sionistes. Notamment, des liens entre cette organisation et le rabbin fanatique Nachum Shifren ont été relevé (http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-l-integrisme-dont-on-ne-parle-jamais-les-rabbins-engages-dans-l-incitation-a-la-haine-et-a-la-guerre-des-civilisations-61428386.html)

 

Disons le clairement : ils ne font peur à personne. Mais ça fait toujours plaisir de voir ces apprentis nazillons alcooliques s'en prendre plein la tronche. Bravo les gars.

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 17:35

 


 

 

Admirez le regard... Ce type vient d'être démasqué, et il n'assume pas. Pour info, le site fdesouche est un repère d'anti-arabes et d'anti-musulmans, gangréné il faut le dire par des militants pro-sionistes. Le site fait l'éloge de Zemmour, Goldnadel, de la LDJ, et crache sur tous les nationalistes français qui ne se soumettent pas au sionisme.

 

Mais rassurons nous : avec des militants de cet accabit, au regard de lapin traqué, qui n'a aucune virilité ni fierté, ils ne sont pas prêts d'être dangereux. Quoique : c'est le type de lâche qui ne s'attaquera jamais à de vrais hommes, mais qui arrachent les voiles des femmes ou agressent de vieux papys du bled en traitre.

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 17:37

 

Un lecteur du site fdesouche livre le fond de sa pensée et la ligne éditoriale du blog en question.

 

 

 

 

 

Je pense que là tout est clair. Notons que Marine Lepen est soutenue par ce blog, (le site a en effet pris quelques distances avec Bruno Gollnish, l'autre candidat à la succession de Lepen à la tête du FN, qui lui ne partage pas cette ligne d'appel au meurtre et à au choc des civilisations à la sauce néoconservatrice) qui effectivement est l'un des blogs les plus lus de France. L'auteur du blog, Joris Sautarel (http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-fdesouche-les-raisons-des-obsessions-de-l-auteur-du-blog-pierre-joris-sautarel-58643856.html) est lié en effet au front national.Truffés de sionistes, le site ne parle que des musulmans, des Arabes et des Noirs, taxés de tous les maux du pays et promis à l'échaffaud, comme vous avez entendu ici : les appels au meurtre d'Arabes sont très fréquents sur le blog, et d'ailleurs jamais censurés (contrairement à tout propos même très vaguement anti-sioniste).

 

Les stars du site sont Alain Finkielkraut et Eric Zemmour, les grands promoteurs du choc des civilisations de notre cher Rav ron Chaya (http://resistancemusulmane.over-blog.com/article-geert-wilders-l-islamophobe-hollandais-au-service-d-israel-du-judaisme-integriste-et-du-sionisme-58635861.html), dont toutes les interventions sont diffusées. Avoir comme mentors des israéliens, et après se prétendre  "nationalistes", "patriotes"... Assez comique.

 

Cette extrême droite s'est alliée aux sionistes pour conquérir le pouvoir, et aussi par haine obsessionnelle de l'Arabe et du musulman (Israël et les réseaux sionistes étant en pointe dans la guerre menée contre l'Islam). Nous sommes d'ailleurs étonnés qu'aucune poursuite n'ait été engagée contre les auteurs de ce blog. Encore un signe de ce que le système s'en accomode très bien. Car en effet l'agenda que mènent les sionistes et les néoconservateurs rejoint les appels à la haine anti-musulmane d'une certaine extrême droite.

 

Une sorte de très large alliance est ainsi en train de se mettre en place contre les musulmans (qu'ils vivent en France ou à l'extérieur), allant des fanatiques laïcs et francs-maçons provenant de gauche comme Riposte laïque soutenus justement par fdesouche, extrême droite racialiste, au FN et une partie non négligeable des néoconservateurs et des pro-israéliens de l'UMP (Lemoine, Vanneste, Lucas, Goasguen etc..), en passant bien évidemment par tous les réseaux communautaires judéo-sionistes très influents (Licra, Crif, UPJF, UEJF, LDJ, Bétar etc...) ainsi que les intellectuels de la même mouvance (Lévy, Finki, Zemmour etc...) et enfin les gauchistes ahuris comme ceux de Charlie hebdo.

 

Cet aéropage hétéroclite a trouvé un ennemi commun à abattre, le musulman, et c'est d'ailleurs leur seul dénominateur commun. Il sera intéressant de suivre l'évolution de cette alliance qui ressemble fort à ce qui s'est passé dans divers pays européens (voire le Vlaams belang et l'Italie avec Finni).

 

Quant à nous, musulmans, préparons-nous et ouvrons les yeux incha'Allah.

 

Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 02:33
Repost 0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 17:05

 

La poussée d’une droite dite populiste à diverses élections, des Pays-Bas à la Suède, en Europe a ravivé le spectre du fascisme et de la seconde guerre mondiale. Ces parallèles sont toujours problématiques, notamment parce que la perspective de l’installation d’un pouvoir « de type nazi » dans un pays important d’Europe est largement fantasmatique.

 

 

Néanmoins, des parallèles peuvent être dressés avec la situation en Europe des années 1930 :

 

 

 

 -   une crise économique et sociale profonde qui ébranle les fondements du système ;

-  une peur croissante à l’égard de l’immigration, qui mettrait en danger l’identité européenne.

 

 

Avec une différence notable : désormais, les immigrés menaçants ne sont plus juifs mais musulmans.

 

 

On peut, bien évidemment, minimiser le danger, affirmer que ces tendances restent très minoritaires. Ce serait oublier à quel point leurs thèses pénètrent la pensée dominante, sont reprises par les partis de droite comme de gauche. Le succès du livre écrit par Thilo Sarazin de la Banque centrale allemande et membre du Parti social-démocrate, (L’Allemagne s’autodétruit), (dont les critiques de l’islam et des musulmans sont approuvées par 60 % des Allemands), n’est qu’un témoignage parmi d’autres.

Sur ce thème, et les rapports qu’il entretient avec la perception du conflit israélo-palestinien, voici un extrait de mon ouvrage, De quoi la Palestine est-elle le nom ? (Les Liens qui libèrent, septembre 2010).

 

 

Alors qu’au début du XXe siècle les juifs étaient perçus comme une menace pour la civilisation européenne, à l’aube du XXIe siècle ce sont les musulmans qui les ont remplacés à cette place peu enviable de « boucs émissaires ». Et, depuis le 11 septembre 2001, la Palestine est souvent perçue comme étant l’un des champs de bataille du choc des civilisations qui opposerait le monde occidental à l’islamisme, au terrorisme islamique, voire à l’islam. Dans cette configuration, Israël retrouve la place, dont avait rêvé le fondateur du sionisme Theodor Herzl, celui de poste avancé de l’Occident contre les « barbares ».

 

 

La nouvelle droite radicale européenne, de Gert Wilders aux Pays-Bas à Oscar Freysinger en Suisse, ne s’y trompe pas, elle qui a relégué l’antisémitisme au magasin des accessoires désuets. Freysinger, l’homme à l’origine de la « votation » sur l’interdiction de la construction de minarets en novembre 2009, s’explique : « Notre parti a toujours défendu Israël parce que nous sommes bien conscients que, si Israël disparaissait, nous perdrions notre avant-garde. (…) Aussi longtemps que les musulmans sont concentrés sur Israël, le combat n’est pas dur pour nous. Mais aussitôt qu’Israël aura disparu, ils viendront s’emparer de l’Occident.  [1 »

 

 

Le philosémitisme déborde le cadre étroit de la droite radicale pour devenir l’opinion la plus répandue parmi les intellectuels européens, y compris de gauche. Ce phénomène a été analysé de manière roborative par deux Israéliens, l’un laïque, Yitzhak Laor, l’autre religieux, Ivan Segré [2]. Le philosémitisme, remarque Segré, est la pièce maîtresse d’« une opération idéologique d’envergure visant à imposer le mot d’ordre d’une “défense de l’Occident” », un terme qui, pourtant, avait été disqualifié à la suite de son usage par Hitler, puis par les militants de quelques groupes musclés en Europe, qui écumaient fièrement le Quartier latin dans les années 1960 et dont l’un s’intitulait précisément « Occident ». A l’heure même où la condamnation du nazisme semble unanime, le concept de « défense de l’Occident » retrouve une virginité inattendue.

 

Cette « opération idéologique » suppose d’abord d’identifier les juifs à l’Europe et de proclamer, comme une évidence, l’existence immémoriale d’une « civilisation judéo-chrétienne ». L’entreprise ne manque pas de piquant si l’on se rappelle que cette expression est née dans les années 1930, précisément pour contrer le discours hitlérien de défense de l’Occident et de la civilisation chrétienne contre les juifs. Le philosophe français catholique Jacques Maritain écrivit ainsi en 1942 que la tradition « judéo-chrétienne » était la source des valeurs occidentales. Cette idée fondée sur de louables intentions continua à être utilisée, notamment aux Etats-Unis, pour affirmer les valeurs du « monde libre » contre l’Union soviétique athée. Pourtant, dès les années 1960, elle tomba en désuétude, les guerres de libération anticoloniales mettant à bas l’idée d’une lutte de civilisation dans laquelle le Nord représenterait le Bien [3]. Paradoxalement, c’est avec la chute du mur de Berlin que la notion de « civilisation judéo-chrétienne » a connu une nouvelle jeunesse avec une acception inédite : l’inclusion des juifs dans un Occident ressuscité au détriment des nouveaux parias, les musulmans.

 

 

Nul mieux que l’écrivain israélien Amos Oz n’a exprimé, à son corps défendant, cette posture a-historique d’identification du judaïsme à l’Europe. Dans un discours sur les années 1930 prononcé à Francfort en 2005, il expliquait :

« A l’époque, les trois quarts de l’Europe n’aspiraient qu’à se débarrasser définitivement de tous ces paneuropéens fervents, polyglottes, férus de poésie, convaincus de la supériorité morale de l’Europe, amateurs de danse et d’opéra, amoureux du patrimoine paneuropéen, rêvant d’une unité européenne post-nationale, prisant la courtoisie, les toilettes et les modes européennes, admirateurs inconditionnels d’une Europe que depuis des années (…) ils s’étaient évertués à amadouer, à enrichir dans tous les domaines et par tous les moyens, s’efforçant de s’intégrer, de l’attendrir en lui faisant une cour effrénée, de se faire aimer, accepter, de la satisfaire, d’en faire partie, d’être aimé. »

A cette invraisemblable distorsion des faits, Yitzhak Laor rétorque :

« Les Juifs assassinés en Europe n’étaient pas une nation d’“europhiles”. (…) Ils n’étaient pas “polyglottes, férus de poésie, convaincus de la supériorité morale de l’Europe, amateurs de danse et d’opéra”, etc. Un tel propos est une offense aux victimes du génocide, dont la majorité n’allait jamais à l’opéra ni ne lisait de poésie européenne. »

 

 

Amos Oz nie tout simplement l’altérité des victimes juives, qui ressemblaient bien plus aux travailleurs immigrés d’aujourd’hui qu’à des Européens « bien élevés », comme le révèlent les photos des ghettos est-européens, mais aussi les mesures de restrictions à l’immigration juive imposées par les gouvernements européens et celui des Etats-Unis dans le premier tiers du XXe siècle.

Ce rejet de l’idée d’une « civilisation judéo-chrétienne » remontant à des millénaires n’émane pas exclusivement de milieux laïques, mais aussi d’intellectuels religieux, et ce dès les années 1930. Plus tard, le grand philosophe Yeshayahou Leibowitz les rejoignit dans un texte célèbre publié en 1968 par le quotidien Haaretz, « Sur le prétendu “héritage judéo-chrétien commun” ». Plus récemment, analysant le discours de nombre d’intellectuels médiatiques français, de Bernard-Henri Lévy à Alexandre Adler, de Pierre-André Taguieff à Alain Finkielkraut, Ivan Segré dénonce la dissolution du judaïsme et de sa singularité dans le christianisme et l’Occident.

Car pour Segré, cette dissolution constitue le deuxième acte de l’« opération idéologique d’envergure » visant à imposer le mot d’ordre de « défense de l’Occident ». Alain Finkielkraut y apporte sa contribution : le philosophe prétend ainsi que l’Amérique représente « l’image inversée d’Auschwitz » et que « le souvenir d’Auschwitz » est devenu la loi morale de la conscience démocratique. S’opposer à la politique des Etats-Unis revient ainsi à faire preuve d’un antisémitisme plus ou moins honteux.

Parallèlement, on assiste à une relégation du génocide « loin de l’Europe ». Shlomo Sand, un historien israélien rendu célèbre par son essai Comment le peuple juif fut inventé (Fayard, 2008), avait publié auparavant un intéressant ouvrage, Le XXe siècle à l’écran [4] (Seuil, 2004), dans lequel il revenait sur Shoah (1985), le film de Claude Lanzmann. Outre que ce documentaire fut financé par le gouvernement israélien à travers une société écran, Sand note :

 

« Il posait une coupure totale entre le monde de la haute culture et la “solution finale”. Shoah repousse, en effet, le meurtre de masse dans les franges incultes de l’Europe. Tous les lieux physiques en relation avec l’Holocauste sont des bourgades polonaises, et les ruines des camps se situent également en Pologne », le film escamotant ainsi totalement le fait que « les décisions, l’organisation et la logistique de cette entreprise de mort émanèrent bien des centres de la haute culture allemande […] »

 

 

Une partie de la généalogie occidentale du génocide est ainsi délibérément occultée. Ni les massacres coloniaux, ni l’eugénisme, ni la brutalisation de la vie européenne avec la Première Guerre mondiale ne sont rappelés, car ils obligeraient à essayer de comprendre pourquoi la civilisation occidentale et sa « haute culture » ont engendré le nazisme – même s’il n’y avait aucune prédestination faisant du génocide des juifs « la vérité » de l’Occident.

Repost 0

Présentation

  • : Islam - Point de vue d'un musulman face à l'occidentalo-sionisme
  • Islam - Point de vue d'un musulman face à l'occidentalo-sionisme
  • : Ce blog évoquera les questions liées à la propagande anti-musulmane qui a cours en Occident, mes avis sur l'actualités, décryptages, informations...
  • Contact